♦ HORS PÀL : Inferno - Dan Brown


Résumé

Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard, se réveille en pleine nuit à l'hôpital. Désorienté, blessé à la tête, il n'a aucun souvenir des dernières trente-six heures. Pourquoi se retrouve-t-il à Florence ? D'où vient cet objet macabre que les médecins ont découvert dans ses affaires ? Quand son monde vire brutalement au cauchemar, Langdon décide de s'enfuir avec une jeune femme, Sienna Brooks. Rapidement, Langdon comprend qu'il est en possession d'un message codé, créé par un éminent scientifique qui a consacré sa vie à éviter la fin du monde, une obsession qui n'a d'égale que sa passion pour « Inferno », le grand poème épique de Dante. Pris dans une course contre la montre, Langdon et Sienna font tout pour retrouver l'ultime création du scientifique, véritable bombe à retardement, dont personne ne sait si elle va améliorer la vie sur terre ou la détruire…


Avis : ★★★✩✩

Bon, faut que j'avoue, c'est une relecture. J'ai lu Inferno quand il est enfin sorti en poche en 2014, et j'avais adoré ! Le souci (minime, mais souci quand même), c'est que comme je lis beaucoup de thriller, je m'attends à un truc spectaculaire. Et bien j'ai eu une douche froide en relisant Inferno... Je m'explique. Certains chapitres (quasi tous ceux du point de vue du Président) sont clairement inutiles, ou ne recèlent pas d'infos super hyper croustillantes, ce qui est dommage, parce que d'une, je suis une grande fan de Dan Brown et de sa collection Robert Langdon, et de deux, j'adore les thrillers.

Malgré cela, l'intrigue est bonne, les personnages attachants (surtout Sienna et Robert), les endroits super bien décrits, mais il manque un truc, peut-être du suspense... Cependant, ayant lu les précédents Dan Brown avec comme héros Robert Langdon, j'étais contente de retrouver ce personnage super intéressant. Le livre en lui-même est super bien documenté, ça se voit qu'une recherche approfondie a été faite en amont, et ça nous fait apprendre un tas de choses qu'on n'apprends pas forcément sur les bancs de l'école ou pendant la vie active. J'ai pu voyager un peu avec Robert Langdon, aller à Venise, Florence, Istanbul. En apprendre plus sur l'histoire des grands monuments de ces villes magnifiques. 

J'ai bien aimé en apprendre un peu plus sur Dante, fil conducteur de tout le livre, et dont le titre fait référence à son chef-d'oeuvre, La Divine Comédie. La rhétorique de la surpopulation est super bien trouvée et super intéressante, on se pose vraiment la question, après avoir fermé le livre, de savoir si, un jour, l'homme, pour sauver la Terre, en arrivera là, parce que dans un sens, ça fait limite peur.

Inferno reste quand même moins bon que Anges & Démons et Da Vinci Code, en espérant que le film soit mieux que le livre. 

Aucun commentaire: